Qui sommes-nous

Trois dijonnais, Robert Mitaine (gynéco obstétricien), Pierre Pichon (ophtalmologiste) et Philippe Maupetit (photographe) rencontrent Tinga Moise Ouedraogo en 1984. Étudiant en facultés des sciences, fraîchement arrivé du tout nouveau Burkina-Faso (ancienne haute Volta) sait trouver les mots pour sensibiliser ses amis aux problèmes de son pays. Cette rencontre aboutira à la naissance d’une ONG (organisation non gouvernementale) humanitaire : JEREMI (Jumelage et Rencontre pour l’Entraide Médicale Internationale).

L’association travaille toujours dans le cadre de conventions signées avec les différents ministères concernés et est inscrite au bureau du suivi des ONG. Ses projets sont développés en collaboration avec la population, les associations et les autorités administratives locales.

L’objectif de tous ces programmes qui s’inscrivent dans les politiques de santé ou d’éducation est de rendre les actions mises en place pérennes grâce à leur autonomie administrative et financière.

JEREMI à ses débuts

JEREMI s’est d’abord attaché à répondre aux problèmes de santé des femmes et des enfants. Ainsi, Tangaye, village de la région sahélienne du Yatenga, à 25 km de Ouahigouya, au nord du Burkina Faso, a rapidement bénéficié d’actions dans 3 domaines…

  • Santé maternelle et infantile (SMI) : suivi médical des enfants de moins 5 ans, consultation prénatale, lutte contre la malnutrition.
  • Éducation : correspondance scolaire entre les enfants des écoles de Tangaye et ceux des écoles de Côte-d’or, appui à la scolarisation par des constructions de classes qui a permis la nomination de maîtres supplémentaires.
  • Ophtalmologie : soutien au service d’ophtalmologie de l’hôpital de Ouahigouya (consultations, formation du personnel).

en savoir plus….

Charte JEREMI

Dès son origine, les membres de JEREMI ont élaboré une charte régissant la mode d’interventions de l’association

Le Conseil d’administration

Une équipe d’une vingtaine de bénévoles (médecins libéraux et hospitaliers, infirmières, enseignants, secrétaires et autres professionnels), soutenue par les adhérents, travaillent à la gestion de l’association, à l’élaboration des projets, au suivi du travail sur le terrain. Des missions au Burkina sont planifiées en fonction des besoins.

Bureau 2018